Innovation santé

Le dossier du mois

Vous avez plus de 50 ans ? C’est le moment de prendre (encore plus) soin de vous.
A l’occasion du salon Top 50+ (4 au 6 octobre 2013 à Mondorf), nous vous proposons de zoomer chaque semaine jusqu’à fin octobre sur un sujet clé pour la santé des plus de 50 ans.

 

Anévrisme de l'aorte

Une première au Luxembourg et en Belgique: deux patients opérés le 27 août dernier avec une nouvelle génération de prothèses

Le système ‘Nellix’ a été utilisé avec grand succès par le Dr. Schütz et son équipe pour la première fois chez deux patients le 27 août 2013 à l’Hôpital Kirchberg. Un système issu d’une nouvelle génération de prothèses élargissant le nombre de personnes opérables.

De quoi parle-t-on ?

L’anévrisme artériel est défini par la perte de parallélisme des bords de l’artère et son augmentation de calibre. L’artère prend alors à cet endroit l’aspect d’une boule au lieu de sa forme de tuyau habituelle. Le risque de rupture de cet anévrisme est d’autant plus important que l’anévrisme est volumineux.

Traditionnellement, à partir d’une  certaine taille, le traitement des anévrismes de l’aorte se fait soit par opération à ciel ouvert, soit par mise en place d’une endoprothèse aortique. Les endoprothèses aortiques actuelles présentent de nombreux avantages comparé à l’opération à ciel ouvert : opérations moins lourdes, temps de convalescence nettement plus court, … Mais cette technique ne pouvait s’appliquer que si la morphologie de l’anévrisme s’y prêtait. Pour cette raison, une nouvelle génération de prothèses a été développée, dont le système ‘Nellix’ fait partie.

Quel intérêt ?

Un bon nombre de patients – jusqu’alors non traitables par endoprothèse aortique – peuvent bénéficier maintenant de cette technique avancée.

Qui est concerné ?

Les personnes présentant les facteurs de risque suivants peuvent être victimes d’un anévrisme de l’aorte:

  • Les personnes âgées de plus de 60 ans
  • Les hommes, 5 à 10 fois plus touchés
  • Les fumeurs : un long passé de tabagisme actif multiplie par 6 à 7 le risque de développer un anévrisme
  • Les personnes ayant des antécédents familiaux d’anévrisme de l’aorte : père, mère, frères et sœurs
  • Antécédents d’hypertension artérielle

Le dépistage de l’anévrisme de l’aorte permet de repérer de petits anévrismes avant qu’ils ne deviennent plus volumineux et se rompent. Avant d’en arriver à une opération, un traitement pourra éviter l’évolution vers un anévrisme plus volumineux.

Vous voulez en savoir plus ?

L’enjeu du dépistage de l’anévrisme de l’aorte

 

Rédigé par Dr Gaston Schütz


Dr Gaston Schütz

Le Dr Gaston Schütz est médecin spécialiste en chirurgie vasculaire et directeur médical des secteurs transversaux des Hôpitaux Robert Schuman.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *