J'AGIS SUR ...

Journée Mondiale contre la Douleur

La douleur n’est pas une fatalité: parlez-en

La douleur : c’est quoi ?

La douleur fait partie du système de défense de l’organisme ; son caractère désagréable a comme rôle d’attirer notre attention sur une partie de notre corps. Le ressenti de la douleur est différent en fonction de la cause de la douleur. Mais la douleur est également influencée par notre personnalité, nos expériences douloureuses antérieures, nos émotions, notre état mental, notre stress, notre éducation et notre culture.

La douleur est difficile à définir car elle est personnelle et subjective : tout le monde possède les mêmes mécanismes de déclenchements,et cependant chacun la ressent différemment.

Douleur aiguë, douleur chronique : quelle est la différence ?

La douleur aiguë : elle est liée à une atteinte tissulaire récente. Elle est d’une durée limitée et due à une cause précise, connue ou non. Il est important de la traiter rapidement pour éviter qu’elle ne s’installe et devienne permanente.

La douleur chronique : elle dure depuis plus que 3 mois , elle peut persister même si la cause initiale de la douleur a disparu. Elle peut devenir une maladie à part entière et s´accompagne de conséquences importantes sur la qualité de vie : perte d’autonomie, difficultés d’entretenir des relations professionnelles et / ou familiales. Elle nécessite donc une prise en charge bio-psycho-sociale.

 

Comment décrire ma douleur ?

Personne n’est mieux placé pour évaluer votre douleur que vous-même. Lors de l’évaluation de la douleur il sera important de décrire les aspects suivants :

  • intensité, caractéristiques (coups de couteau, brûlures, pulsations, …),
  • évolution au cours de la journée (constant, par crises, prédominance nocturne,…),
  • facteurs influençant la douleur(aggravation par le mouvement, le stress, la fatigue soulagement par le repos / le froid/ la relaxation,…).

Il en va de même pour votre soulagement et / ou l’efficacité des traitements prescrits.

 

Pourquoi évaluer votre douleur ?

L´évaluation permet :

  • de reconnaître les patients douloureux
  • de quantifier la douleur, de la mesurer
  • de prendre la décision thérapeutique adaptée
  • d’apprécier l´évolution de la douleur après l´instauration d´un traitement
  • d’avoir un langage commun entre professionnels de santé
  • d’avoir une traçabilité dans le dossier du patient

 

Comment évaluer votre douleur ?

Il n’y a pas de moyens pour objectiver la douleur. Il faudra donc vous demander d’évaluer votre douleur. L’approche pour quantifier la douleur d’une personne capable de communiquer s’appuie principalement sur trois échelles :

 

  • Les échelles d’autoévaluation

Échelle numérique (EN)

Le patient va donner une note à sa douleur de 0 à 10 pour décrire l’intensité de sa douleur. Cette échelle est très utilisée car elle ne nécessite pas de support et est la plus facile à comprendre pour le patient. 0 = Pas de douleur ; 10 = Douleur maximale imaginable.

Échelle verbale simple (EVS)

Cette échelle permet de décrire l’intensité de sa douleur à l’aide de mots simples : pas de douleur, faible, modérée, intense (forte), très intense (très forte). Elle est moins précise et cependant très utilisée pour l’évaluation auprès des personnes âgées, car la compréhension en est aisée.

Échelle visuelle analogique (EVA)

Cette échelle nécessite l’utilisation d’une réglette et demande une certaine capacité d’abstraction de la part du patient. Le patient positionne le curseur en un point d’une ligne. Ce point devra correspondre au niveau d’intensité de la douleur ressentie par la personne. Les extrémités de cette ligne correspondent à gauche à « Pas de douleur » et à droite à « Douleur maximale imaginable » (face patient). Le soignant notera le chiffre correspondant à la position du curseur sur une échelle de 0 à 10.

  face patient                                                                 face soignant

 

  • Les échelles d’hétéroévaluation

Lorsque l’auto-evaluation n´est pas réalisable (patient non-communiquant, enfants de moins de 4 ans, personnes âgées,…), l’évaluation doit se baser sur le principe de l’observation par les soignants et des manifestations comportementales qui sont des indicateurs de douleur (expression faciale , cris ou pleurs, mouvements corporels).

Les échelles d’hétéroévaluation utilisées HRS sont la Doloplus 2 et l´Algoplus et le BPS (échelle de Payen). Aux HRS nous utilisons des échelles d’hétéroévaluation adaptées à chaque âge et situation.

 

Comment puis-je devenir acteur de la gestion de ma douleur ?

Parlez de votre douleur à votre médecin et au personnel soignant.

  • Évitez de parler de votre douleur pour ne pas paraître embêtant est une approche contre productive
  • Utilisez le même discours chez votre médecin et tout le personnel soignant
  • N’attendez pas que l’intensité de la douleur soit trop importante pour demander un traitement
  • Si un soin ou un acte médical vous causent des douleurs, il y a possibilité de prévenir les douleurs la fois prochaine si vous en informez les soignants
  • Après un traitement antalgique, prévenez le personnel soignant si votre soulagement vous paraît insuffisant endéans 2 heures
  • En plus des moyens médicamenteux il y a des moyens non- médicamenteux qui peuvent vous aider à mieux gérer votre douleur : le personnel soignant et le service douleur pourront vous conseiller
  • Prenez régulièrement les traitements antalgiques systématiques mis à votre disposition (table de nuit)
  • Renseignez-vous sur votre traitement antalgique auprès de votre médecin et de votre personnel soignant
  • Renseignez-vous sur les effets secondaires de votre traitement antalgique et prévenez votre médecin et le personnel soignant si vous ressentez des effets )
  • Cherchez des moyens de diversion et de détente
  • Si vos douleurs sont difficiles à gérer, vous pouvez demander l’intervention de l’équipe douleur.

Ne restez pas seul avec votre douleur! Parlez-nous en et devenez acteur de la gestion de votre douleur

 

Références : SFETD ( Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur)

Has ( haute autorité de santé)

Rédigé par Acteurdemasanté


Acteurdemasanté

Acteurdemasante réunit un ensemble d'auteurs non permanents dont, des professionnels de santé, des membres des Hôpitaux Robert Schuman, des représentants d'associations en lien avec le domaine de la santé et des patients souhaitant témoigner et faire partager leur expérience avec les lecteurs du blog.