J'AGIS SUR ... MA VIE DE PARENT

Mort inattendue du nourrisson

Co-sleeping : une habitude à risque !

Parue en 2014, une étude américaine a analysé le choix des parents sur le couchage de leur bébé. Le but étant de mieux comprendre les pratiques à risque. Parmi elles, le co-sleeping (dormir avec bébé dans le même lit), est désigné comme particulièrement dangereuse !

De quoi parle-t-on ?

La «mort inattendue»  du nourrisson, appelée aussi « mort subite du nourrisson », correspond au décès survenant  brutalement chez un enfant en bonne santé, âgé de quelques jours à un an, alors que rien dans ses antécédents ne le laissait prévoir. Ainsi, c’est seulement après un examen approfondi, comprenant une autopsie et une revue complète des circonstances d’avant décès, que le décès inattendu peut être déclaré «mort subite du nourrisson».

Une étude parue dans la revue américaine «Pediatrics» (voir lien ci-dessous) s’est intéressée au mode de couchage des bébés et à leur environnement immédiat durant leur sommeil. Durant 8 ans, les chercheurs ont observé les choix des parents en ce qui concerne des nourrissons de moins d’un mois à 1 an. Au cours de cette étude, 8207 décès dans 24 états des Etats-Unis entre 2004 et 2012 ont été analysés.

Quels résultats ?

Trois causes principales, toutes liées à l’étouffement, sont désignées par cette étude comme responsables principales de la mort inattendue du nourrisson:

  1. le co-sleeping: presque 74% des plus jeunes victimes (moins de 3 mois) dormaient dans le même lit que son/ses parent(s). En 2013, des chercheurs anglais avaient déjà constaté que le décès de 22% des bébés observés avait eu lieu dans le lit des parents. Selon la même étude le co-sleeping multipliait par cinq le risque de «mort inattendue du nourrisson».
  2. la présence d’un objet dans le lit du bébé (couverture, tour de lit, doudou, jouets, coussin,…) ou sur le bébé lui-même (collier, cordon du sac de couchage, lien d’attache de la sucette, etc…) était constatée chez 39,4% des décès, en particulier chez les petits de 4 mois à 1 an.
  3. la mauvaise position de couchage (sur le ventre) du bébé: 18.4% des décès.

Conclusions importantes

  • L’environnement du bébé est un facteur clé dans la mort subite.
  • Le co-sleeping n’évite pas la «mort inattendue du nourrisson», contrairement à ce qui a été dit avant.
  • Tout objet présent dans et sur le lit est dangereux pour le bébé, ainsi que tout objet sur le bébé.

Quelles leçons tirer ?

  • Veiller à l’absence d’objets dans le lit de bébé, quelle que soit leur nature (y compris le doudou!) au moins jusqu’à 12 mois, mais si possible bien au-delà. Le lit doit être le plus «nu» possible.
  • L’enfant doit dormir dans un lit à lui et avec un système de couchage adapté (sac de couchage sans cordon mais avec fermeture éclair).
  • Les lits de bébé doivent être aux normes actuelles. Faites particulièrement attention et vérifiez le matériel récupéré!
  • L’enfant ne doit rien porter autour du cou.

Le co-sleeping est à proscrire: une fois endormi contre l’un des parents, le bébé doit être déposé dans son lit. Le co-sleeping augmente le risque de mort subite du nourrisson. Il est en effet le 1er facteur de risque de mort inattendue du nourrisson (1/10 000).

Le lieu le plus sûr pour dormir pour un nourrisson est son propre lit, dans la chambre de ses parents à une température ambiante entre 18 et 20°. Il y sera placé sur le dos, sur une surface ferme sans oreiller, ni couverture ni jouets, doudou, ou de tour de lit.

Et au Luxembourg ?

Le co-sleeping a été beaucoup promu au Luxembourg, comme dans les pays scandinaves. Cette pratique était supposée mieux sécuriser l’enfant. Si le co-sleeping demeure intéressant pour sécuriser et favoriser l’endormissement du bébé contre soi, il est essentiel qu’au moins un des deux parents demeure éveillé durant ce moment. Il est désormais recommandé de remettre son bébé dans son lit à lui pour les autres phases de sommeil.

Les conseils à  suivre

L’étouffement d’un bébé peut arriver à tout moment, surtout pour les plus petits mais aussi pour les plus grands: la vigilance sur l’environnement du bébé s’impose jusqu’à l’âge de 2 ans, que ce soit dans son lit, sur lui ou dans le lit des parents.

Echarpe de portage

Attention aussi aux écharpes de portage, qui ont déjà été la cause de décès par étouffement (4 cas l’année dernière en France). Le bébé ne doit pas être porté trop bas dans l’écharpe, ni trop couvert (hiver comme été) et son menton ne doit pas s’appuyer sur sa poitrine. Le porteur doit être très attentionné et attentif au bébé et à sa position. La personne qui porte le bébé doit toujours  pouvoir poser un bisou sur le front du bébé et voir son nez.

Les règles d’or pour le bébé qui dort:

  • pas d’oreiller ni de couverture, ni de tour de lit
  • pas d’ambiance de tabac et une  bonne aération journalière de la chambre
  • un matelas ferme, correspondant aux normes établies et adapté aux dimensions du lit
  • sommeil sur le dos et pas sur le ventre
  • pas d’alimentation surchargée
  • température ambiante de la chambre entre 18 et 20 degrés maximum.
  • le bébé dort dans son sac de couchage

Vous voulez en savoir plus ?

Etude dans la revue Pediatrics (en anglais) :

http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2014/07/09/peds.2014-0401.full.pdf+html

Appel à témoignages

Et vous, avez-vous avez vécu une expérience dans ce domaine ?

 

 

 

 

Rédigé par Nicolette Tirabasso


Nicolette Tirabasso

Mme Nicolette Tirabasso est chef de service maternité à la Clinique Bohler.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?