J'AGIS SUR ... MON HYGIÈNE DE VIE

Semaine de l’urologie

Cancer de la prostate : fréquent mais guérissable

La semaine européenne de l’urologie a lieu du 14 au 18 septembre. L’occasion de faire le point sur le plus fréquent des cancers chez l’homme de plus de 60 ans et pas le moins dangereux : le cancer de la prostate. Il se situe en effet au deuxième rang en termes de mortalité, derrière le cancer du poumon. Pris à temps, il est pourtant totalement guérissable.

La semaine européenne de l’urologie en bref

La Semaine de l’Urologie est une initiative de l’Association Européenne d’Urologie. Ses objectifs :

  • sensibiliser le public sur les maladies de l’appareil génito-urinaire de l’enfant et de l’adulte, homme et femme.
  • mieux faire comprendre le rôle de l’urologue.
  • souligner les progrès dans la prévention, le diagnostic et le traitement de maladies comme le cancer de la prostate ou du rein, mais aussi dans les autres domaines de l’urologie, spécialité très vaste.
  • rappeler les recommandations de bonnes pratiques et les critères de qualité des soins afin d’améliorer la prise en charge urologique dans toute l’Europe.

De quoi parle-t-on ?

La prostate est une glande qui contribue, par la sécrétion du liquide prostatique, à la production du sperme. Le cancer est caractérisé par une prolifération incontrôlée de cellules, envahissant et détruisant les tissus et organes environnants. Aucun trouble spécifique ne permet de détecter l’apparition du cancer de la prostate. Il peut se présenter sous la forme d’une tumeur limitée à la prostate ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses.

80% des cancers de la prostate sont découverts alors qu’ils débutent et sont alors guérissables. Les chances de guérison sont d’autant plus grandes que le diagnostic du cancer de la prostate a été posé précocement.

Le traitement est fonction de la gravité et du volume de la tumeur, du caractère local ou non du cancer et de l’espérance de vie du patient. Beaucoup de cas n’exigent qu’une simple surveillance, notamment chez les personnes les plus âgées. De multiples traitements existent en fonction de la situation rencontrée : opération pour enlever la prostate (prostatectomie radicale), implantation de grains d’iode radioactifs, (curiethérapie), radiothérapie externe, ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU), injonction d’hormones (hormonothérapie).

Qui est concerné ?

La fréquence du cancer de la prostate augmente avec l’âge. Un homme sur 10 est atteint du cancer de la prostate durant sa vie et un homme sur 30 en meurt. Les personnes d’origine afro-américaine ont un risque accru par rapport aux personnes d’origine indo-européenne, les personnes d’origine asiatique un risque moindre.

Quelles sont les causes ?

Les causes ne sont pas connues. Par contre, les principaux facteurs favorisant l’apparition de la maladie sont bien identifiés :

  • l’âge : au-delà de 50 ans, les risques augmentent au fur et à mesure du vieillissement.
  • les antécédents familiaux : les hommes dont, le père, un frère, un oncle ou un grand-père ont souffert d’un cancer de la prostate, courent un risque plus grand d’en être atteints.
  • les habitudes alimentaires : les excès de consommation de viandes rouges, de produits laitiers et de graisses d’origines animales augmenteraient le cancer de la prostate.

Quelle prévention ?

Il n’existe pas de prévention connue du cancer de la prostate. La meilleure prévention est le dépistage après 50 ans. Ce dépistage comprend un dosage dans le sang du PSA (antigène spécifique de la prostate) et une palpation de la prostate par un toucher rectal. Si ce dépistage révèle l’hypothèse d’un cancer, le diagnostic se confirme via une biopsie à partir d’un prélèvement de tissus sur la prostate.

Et au Luxembourg ?

La Fondation Cancer peut vous aider pour des informations médicales, pratiques ou administratives, voire une aide psychologique : Tél 45 30 331 ou patients@cancer.lu. Les demandes sont traitées confidentiellement et les services sont gratuits.

Le conseil à suivre

Après 50 ans, faites le point régulièrement avec votre médecin sur la nécessité de faire un dépistage du cancer de la prostate. Il saura vous conseiller en fonction de votre âge et des facteurs de risques qui vous sont propres.

Vous voulez en savoir plus ?

Site de l’urology Week

Tests d’évaluation du cancer de la prostate (association française d’urologie)

Société européenne d’urologie

 

Appel à témoignages

Et vous, avez-vous avez vécu une expérience dans ce domaine ?

Rédigé par Dr Honoré Alzin


Dr Honoré Alzin

Le Dr Alzin est médecin urologue aux Hôpitaux Robert Schuman.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *