J'AGIS SUR ... LA SANTÉ DE MON COEUR

Arrêt cardiaque

Réanimation : de nouvelles recommandations au niveau européen

Tous les 5 ans, l’European Resuscitation Council édite de nouvelles recommandations destinées à l’ensemble des anesthésistes, réanimateurs, para-médicaux et personnel de secours européens au sujet de la gestion de l’arrêt cardiaque. Le point sur les principaux aspects à retenir des recommandations publiées en octobre 2015.

 De quoi parle-t-on ?

Ces recommandations, effectuées par l’European Resuscitation Council, se fondent sur les publications rédigées par les médecins au niveau international et européen. Ce comité d’experts sélectionne les articles les plus intéressants et en fait la synthèse en mettant en valeur les enseignements majeurs qu’ils révèlent à propos de la prise en charge de l’arrêt cardiaque avant et pendant l’hospitalisation, y compris les soins de réanimation. Des réajustements si nécessaire pouvant se faire l’année suivant la publication.

Qui est concerné ?

Du nouveau-né à l’adulte, quel que soit son âge, l’arrêt cardiaque peut survenir. Ces recommandations prennent en compte tous les types de personnes.

Quels changements depuis 2010 ?

Des nouveautés apparaissent chaque année. Peu de choses essentielles se sont modifiées depuis 2010 : il s’agit plutôt d’ajustements fins. La réanimation classique (massage cardiaque, ventilation, défibrillation) n’a pas connu d’évolutions. Quelques nouveautés sont néanmoins à signaler sur les sujets suivants :

  • la nécessité de renforcer la capacité des non-professionnels à pratiquer la réanimation : comment faire réagir chacun plus rapidement et mettre à disposition les bons outils ? Solution : former le grand public au maximum. C’est d’ailleurs déjà une des missions du Luxembourg Resuscitation Council au Luxembourg avec sa campagne Réagis ! (www.reagis.lu)
  • un autre point lié à la formation du grand public est la formation dans les écoles dès l’âge de 12 ans, âge permettant soit de faire soi-même, soit de faire faire à un adulte, tout en sensibilisant l’entourage familial.
  • autre solution préconisée : la formation de secouristes de proximité pouvant intervenir dans les 5 minutes. Le Luxembourg a mis cela en place depuis 18 mois dans chaque village.
    la présence d’équipes spécialisées au sein des hôpitaux pour des interventions dans les locaux : au sein de l’Hôpital Kirchberg, par exemple, l’équipe existante, basée en réanimation, peut se rendre dans n’importe quel bâtiment du site Kirchberg en moins de 1 minute 30.
  • l’assistance en réanimation par téléphone : cela commence à se mettre en place au Luxembourg au niveau du 112.
  • les soins post-réanimation : outre les soins de base et l’équilibre physiologique, il faut absolument empêcher que le patient ait de la fièvre et garder une température aux alentours de 36°, parfois 33°.
  • la réanimation par défibrillateur, présents un peu partout maintenant, demande une formation plus renforcée.

Et au Luxembourg ?

Au Luxembourg, le taux de réanimation est encore très bas car trop peu de personnes sont en capacité de réagir correctement. Le taux de survie est de seulement 3 à 5 % en cas d’arrêt cardiaque… L’objectif est d’arriver à un taux de 30 à 40% d’ici 10 ans.. L’idéal serait une formation de 2h par an à partir de l’âge de 12 ans. L’Allemagne est très en pointe sur ce sujet.

Le conseil à  suivre

Dans tous les cas en situation d’arrêt cardiaque, les secours doivent être appelés immédiatement. Mais il faut intervenir le plus vite possible, chaque minute compte : les 10 minutes mises en moyenne par les secours pour arriver ne permettent pas d’arriver à temps pour sauver la personne. Il faut donc masser le cœur le plus tôt possible (avec une fréquence de 100 – 120/min) et interrompre le moins possible ce massage : chaque minute qui passe diminue de 10% les chances de survie. L’enjeu est de continuer à oxygéner le cerveau. Une deuxième personne peut aller chercher en parallèle un défibrillateur. La seule erreur est de ne rien faire.

Vous voulez en savoir plus ?

Site web dédié à la Campagne “Réagis”

Site web du Luxembourg Resuscitation Council

Un livre est disponible au Luxembourg via l’association www.lrc.lu au prix de 20 euros. Une traduction en français sera publiée ultérieurement.

livre

 

Rédigé par Dr Philippe Welter


Dr Philippe Welter

Le Dr Philippe Welter est anesthésiste-réanimateur au sein des Hôpitaux Robert Schuman. Il est member du Luxembourg Resuscitation Council et Coordinateur des formations REAGIS.lu

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *