Warning: include(fix.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/acteurdemasante/public_html/index.php on line 8

Warning: include(): Failed opening 'fix.php' for inclusion (include_path='.:/usr/lib/php:/usr/local/lib/php') in /home/acteurdemasante/public_html/index.php on line 8
Quand les émotions peuvent vous briser le coeur!Acteurdemasante.com
J'AGIS SUR ... LA SANTÉ DE MON COEUR

La cardiomyopathie du stress

Quand les émotions peuvent vous briser le coeur!

Le syndrome du « cœur brisé » ou cardiomyopathie du stress est une maladie peu connue par le grand public mais pouvant être mortelle. Il est heureusement possible d’en guérir si l’on est pris en charge à temps.

De quoi parle-t-on ?

Saviez-vous que 2% des infarctus s’avèrent finalement être des cardiomyopathies ? Les symptômes d’une cardiomyopathie sont ceux d’un infarctus classique, avec notamment de fortes douleurs thoraciques. La cause est principalement liée à des émotions fortes (souvent liée à des annonces de décès de proches) et plus rarement à un effort physique intense. Dans plus de 30% de cas cependant, il n’y a pas de trace de stress et de cause clairement identifiée. Prise en charge rapidement la maladie peut être complétement guérie mais c’est sa phase aiguë qui pourrait s’avérer critique avec un risque de décès cardio-vasculaire.

Une étude à grande échelle a été menée en Suisse entre 1998 et 2014 à l’Université de Zurich par une équipe de 26 scientifiques de 9 pays qui a examiné les résultats d’environ 500 patients. Les résultats révèlent qu’une cardiomyopathie peut également être provoquée par des émotions positives fortes mais des recherches supplémentaires seraient encore nécessaires pour comprendre les mécanismes exacts qui sont à l’origine des syndromes du cœur «brisé» et du cœur «heureux».

Qui est concerné ?

Les études épidémiologiques ont montré que les femmes sont les plus touchées, en particulier celles qui sont post-ménopausées avec un âge moyen de 65 ans. Tous les âges sont néanmoins potentiellement concernés, aussi bien chez les femmes que chez les hommes. Cette pathologie survient aussi beaucoup dans les zones de guerre, notamment chez les militaires.

La première description de cette maladie remonte au début des années 90. Elle a été effectuée par un chercheur japonais. Celui-ci a comparé l’aspect du cœur frappé de ce syndrome à l’aspect des pieuvres attrapées par un collet. Les japonais appellent donc ce syndrome Tako-Tsubo : le « piège à pieuvre».

Quelle prévention ? Que peut-on faire ?

Il n’y a pas de prévention possible pour faire face aux émotions fortes et à la manière d’y réagir. Certaines personnes sont particulièrement vulnérables à ce type d’émotions, mais il est difficile d’anticiper les réactions que chacun peut avoir en des circonstances particulièrement éprouvantes.

Les populations d’origine caucasienne (les européens de souche ont une origine appelée « caucasienne ») et asiatique sont les plus à risque. Aujourd’hui la très grande majorité des cardiologues connait cette pathologie même si celle-ci reste rare.

Quels soins sont pratiqués ?

Le traitement en phase précoce est exactement le même que pour un infarctus classique. La guérison s’effectue en quelques semaines (voire quelques mois) de manière complète. Cette maladie n’entraine pas de lésions thrombotiques irréversibles au niveau du myocarde. On soupçonne une dimension neurologique à cette affection. Certaines personnes semblent plus prédisposées que d’autres à la récidive pour cette pathologie, même si la récidive reste rare.

Le conseil à suivre :

Comme pour l’infarctus du myocarde, l’apparition de fortes douleurs thoraciques liées à ce syndrome nécessite un diagnostic rapide et une prise en charge adaptée. Il est impératif d’appeler les Urgences.

Vous voulez en savoir plus ?

Article « La-joie-peut-littéralement-vous-briser-le-coeur »
Article sur le site web de la Fédération française de cardiologie

Rédigé par Dr Steve Huijnen


Dr Steve Huijnen

Le Dr Steve Huijnen est médecin spécialisée en cardiologue au sein des Hôpitaux Robert Schuman.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?