Innovation santé

Innovation médicale

Les implants 3D dans le traitement des déformations thoraciques

L’évolution des technologies d’imagerie médicale et de la conception assistée par ordinateur (CAO) permet aujourd’hui aux chirurgiens d’utiliser des techniques très innovantes, par exemple la  réalisation des implants 3D sur mesure pour traiter les malformations de la paroi thoracique comme le pectus excavatum (ou thorax en entonnoir) ou encore le syndrome de Poland. Le Dr Christian De Greef, médecin spécialiste en chirurgie plastique et reconstructrice aux Hôpitaux Robert Schuman nous explique.

Quelles déformations thoraciques traitez-vous ?

Dr Christian De Greef : Deux formes se présentent à nous en consultation: le Pectus Excavatum et le syndrome de Poland. Le Pectus Excavatum, ou thorax en entonnoir, est une déformation du thorax caractérisée par une dépression du sternum. Le Pectus Excavatum est présent chez 1 à 2% de la population. C’est la malformation thoracique congénitale la plus fréquente avec une incidence de entre 1/300 et 1/1000 naissances selon les sources. Chez la femme, le pectus excavatum peut s’accompagner d’une déformation ou asymétrie mammaire. Il n’y a pas de retentissement cardiaque ou respiratoire sauf dans des cas très exceptionnels. La gêne est d’ordre psychologique quelque soit l’âge. Le syndrome de Poland se caractérise par l’absence d’une partie ou de la totalité du muscle grand pectoral (pouvant être associé à une malformation de la main). Il présente une grande variation anatomique, l’anomalie se traduisant souvent par une dépression sous la clavicule chez l’homme et par une asymétrie mammaire chez la femme

Photos Dr DeGreef 1A                 Picture1                     Picture2

 

Quelle intervention peut-on proposer aux patients ?

Dr Christian De Greef : La pose d’un implant en silicone permet de réduire les déformations et les asymétries associées à cette pathologie.

 

Comment se déroule l’intervention ?

Dr Christian De Greef : L’intervention du Pectus se déroule sous anesthésie générale, elle dure en moyenne 1 heure. Le chirurgien prépare la loge à la taille de l’implant après avoir réalisé une incision médiane verticale de 6 cm. L’implant est glissé dans la loge en sous musculaire, ce qui lui permet d’être totalement invisible. La fermeture se fait au fil résorbable. La durée d’hospitalisation est de 2 à 3 jours. L’intervention du syndrome de Poland consiste à ce que l’implant sur mesure vienne combler et remplacer le muscle grand pectoral permettant une symétrisation de la cage thoracique et, chez la femme, une symétrisation des seins. Il est mis en place par voie axillaire (sous le bras), la cicatrice est ainsi très peu visible. L’intervention se fait sous anesthésie générale en moins d’1 heure. L’hospitalisation dure 3 jours.

 

Quelles sont les suites opératoires ?

Dr Christian De Greef : Les suites de l’intervention sont peu douloureuses et nécessitent un traitement par antalgiques simples. Peu de soins post-opératoires : les points sont résorbables, pas de drains, seulement un pansement pendant 8 jours et port d’une gaine élastique pendant un mois. Arrêt de travail pendant 15 jours et restriction du sport pendant 3 mois.

 

En quoi la technique est-elle totalement innovante pour le patient ?

Dr Christian De Greef : L’intervention est beaucoup moins lourde que pour les techniques orthopédiques classiques type Ravitch ou Nuss. La conception 3D par ordinateur (CAO) de l’implant sur mesure présente de nombreux avantages pour le patient, car elle s’adapte parfaitement et de manière unique au site receveur. Le scanner haute résolution ou une IRM du thorax du patient est envoyé et traité par une start up (ANATOMIKMODELING) à Toulouse (F). Un premier moule est réalisé et il est ensuite validé par le chirurgien qui autorise alors la production de l’implant définitif, fabriqué par la société SEBBIN à Paris. La pose de l’implant est facilitée, on note une stabilité parfaite de l’implant et la pose en sous musculaire assure un résultat esthétique affiné puisque les bords de l’implant sont invisibles. L’implant est définitif, constitué de silicone polymérisé (gomme de silicone et non pas gel de silicone).

Rédigé par Dr Christian De Greef


Dr Christian De Greef

Dr Christian De Greef est médecin spécialiste en chirurgie plastique et reconstructrice aux Hôpitaux Robert Schuman.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?