Voir aussi...

Comment bien se protéger du soleil

Le point sur les crèmes solaires

Alors que l’été est déjà bien en place, chacun cherche à profiter au maximum du soleil et de ses bienfaits. Pour cela, il est malgré tout primordial de prendre quelques precautions…

Le soleil est bon pour notre santé, notamment car il a une influence positive sur notre moral et surtout parce qu’il contribue à notre fabrication de vitamine D, essentielle pour nos os.
Pour autant, les rayons solaires projettent sur notre peau des ultra-violets : les UVA (qui agissent à long terme dans le vieillissement cutané) et les UVB (qui sont responsables des brûlures de notre peau). Les crèmes solaires sont là pour nous protéger de ces deux types d’ultra-violets. Faisons le point sur le sujet.

Que représente exactement l’indice figurant sur chaque tube de crème ?

L’indice indiqué sur les crèmes solaires précise le pourcentage de rayons solaires que va absorber la peau. Par exemple, un indice 25 laissera passer seulement 4% des rayons solaires, un indice 50 encore seulement 2%.
Ce qui est important de souligner ici est que ce pourcentage correspond à la pose d’une quantité optimale de crème telle que préconisée par les laboratoires. Par exemple, pour  donner un ordre de grandeur, il est établi qu’une cuillère à café de crème devrait servir à couvrir le visage d’un adulte. Dans la réalité, cette quantité est loin de correspondre à celle qui est réellement appliquée sur la peau par la plupart d’entre nous. Par ailleurs, cela suppose de renouveler la crème toutes les 2 heures pour une protection idéale.

Devons-nous tous nous protéger du soleil de la même façon et ce quel que soit notre âge ?

Bien évidemment, enfants comme adultes doivent se protéger du soleil. C’est pour les enfants que les coups de soleil sont les plus dangereux et prédisposent le plus au photo-endommagement pour la suite. Un enfant de moins de 2 ans doit par conséquent être exposé le moins possible. Il faut faire très attention car c’est dès le début de l’enfance que le capital solaire se fixe.
Les crèmes solaires spécialement conçues pour les enfants ne sont en revanche pas plus efficaces ou adaptées à leur peau. Une crème unique pour toute la famille, à indice élevé (50), est à conseiller.
Il est également intéressant de relever qu’une crème solaire bon marché agit aussi bien qu’une crème de grande marque, l’indice étant vraiment le seul critère de référence valable dans l’efficacité d’une protection solaire. Les crèmes solaires bio, malgré leur texture parfois moins agréable à l’application, sont également tout aussi efficaces que les crèmes « classiques » et préservent qui plus est davantage les écosystèmes dans lesquelles elles finissent par être déversées.

Un recours régulier à la crème solaire est-il donc suffisant pour nous protéger ?

L’utilisation de crème solaire est bien évidemment indispensable lors d’expositions solaires. L’indice 50 est celui à recommander compte tenu des quantités insuffisantes généralement appliquées sur la peau. Le plus simple étant même de garder cet indice tout au long de l’exposition, dès les premiers jours des vacances à la fin du séjour par ex., il ne sera ainsi pas nécessaire de jongler avec différents tubes de crème mais de n’avoir recours qu’à une seule et même protection, à indice 50.
Malgré tout, la meilleure et la plus efficace des protections reste la protection textile. Mieux vaut avoir des vêtements qui protègent bien : la couleur blanche reflète le soleil et il est important d’avoir un tissu au grain assez serré, un grand chapeau peut également très utile.  La protection oculaire est aussi importante pour adultes et enfants : elle permet d’éviter la cataracte. Veillez à la bonne qualité des lunettes solaires !

Contrairement à ce qu’on peut lire régulièrement dans la presse et certains magazines féminins, il n’est pas nécessaire de préparer une peau pour partir au soleil. Le port de vêtements adaptés, une utilisation fréquente de crème solaire à indice élevé et surtout une exposition modérée et progressive seront les meilleurs alliés de vos vacances.
Il est surtout également primordial d’arrêter ou de ne jamais commencer à fréquenter les bancs solaires qui sont clairement reconnus comme étant un facteur accélérateur dans la survenue de cancers de la peau.

Beaucoup plus inoffensif pour les personnes qui auraient du mal à bronzer, une cure de gélules à base de carotène peut être entamée 15 jours avant de partir. L’efficacité d’une telle démarche s’avère plutôt modérée mais son action sans dangerosité aucune.

Que risque-t-on en cas d’absence de protection ou de mauvaise protection ?

Le plus grand danger est celui du développement d’un cancer de la peau.
Ces derniers doublent actuellement tous les 10 ans. Le risque est tout particulièrement élevé chez les hommes à partir de 40 ans. Ceci pouvant s’expliquer  par le fait que cette population est en général plus réticente à se protéger et à mettre de la crème mais aussi à se faire diagnostiquer. De ce fait donc, les pronostics de guérison chez les hommes sont moins bons.

Même si en général les cancers de la peau ne sont pas diagnostiqués sur des patients très jeunes, il est malgré tout conseillé d’effectuer un premier dépistage à l’âge de 14 ans si la famille est à risque.

On distingue deux grands types de cancer de la peau selon le type d’exposition au soleil :
– Une exposition solaire courte et forte, où le soleil brûle la peau, aura tendance à favoriser l’apparition d’un mélanome, souvent détecté à partir de l’âge de 40 ans.  Ce type d’exposition correspond de plus en plus à des modes de « consommation » du soleil qui sont en fait le reflet de nos modes de vie. Sédentaires et travaillant souvent enfermés dans des bureaux, la consommation de soleil  pourra être poussée à l’excès lors de nos temps libres et congés.

– Une exposition régulière, c’est-à-dire une dose de soleil cumulée dans le temps, favorisera quant à elle le développement d’un autre type de cancer : le carcinome (cancer blanc), le plus souvent à partir de 50 ans (par ex. un agriculteur ayant travaillé en extérieur tout au long de sa vie).

Enfin, une attention et une surveillance toute particulière sera recommandée aux personnes aux peaux très claires, plus à risque que les autres.

Pour conclure, il est important de souligner qu’au-delà de l’importance d’un recours systématique à une crème solaire adaptée lors de toute exposition solaire, il est avant tout aussi nécessaire d’adapter nos comportements face au soleil en trouvant un juste équilibre dans sa consommation qui doit rester modérée.

 

Quelques liens utiles :

Site web du Ministère de la Sante: article sur la prévention du cancer de la peau

Site web de l’agence nationale de sécurité du médicaments et de produits de santé

Rédigé par Dr Nelly Kiesch


Dr Nelly Kiesch

Le Dr Kiesch est dermatologue - allergologue aux Hôpitaux Robert Schuman.

Pas encore de commentaire.

Et vous, avez-vous vécu une expérience dans ce domaine ?